la réflexion du jour: faute de faire le bien, il ne leur reste plus qu’à agiter la marionnette du mal…

Parce que je partage la pensée du Jour dans son esprit et dans sa lettre.

«Voilà si j’éprouve une telle irritation face aux idées toutes faites sur un pays dont j’ignore tout, imaginez l’état de colère quand il s’agit d’un lieu sur lequel j’ai quelques informations…Et que là je me heurte à l’omerta des bien-pensants qui n’osent pas appeler un chat, un chat et nos alliés de Kiev par exemple une bande d’escrocs flanqués de néo-nazis.

Jadis, on disait; les faits sont sacrés, les interprétations sont libres. maintenant c’est le contraire: les idées toutes faites (par qui?) sont sacrées et les faits sont utilisés (ou cachés) en toute liberté.

C’est comme cet homme rencontré la semaine dernière, un spécialiste des Etats-UNis qui était désespéré de la montée de Bernie Sanders parce cela assurait selon lui la victoire de Donald trump.Ce qui est peut-être exact. Et il ajoutait : avec Trump, c’est la guerre planétaire assurée. Là aussi Trump n’est pas ma tasse de thé mais je ne vois pas en quoi son élection nous garantit plus la guerre que celle de Clinton?

Le match Jeb Bush-Donald Trump mené recemment nous éclaire sur la politique étrangère telle qu’elle est pratiquée dans les primaires.

Donald Trump a commencé par dire que les Etats-Unis ne pouvaient mener deux guerres en même temps en Syrie, à la fois contre Bachar al-Assad et l’organisation Etat islamique, des « animaux » qui doivent être selon lui la priorité militaire américaine.

« Jeb a tort », a ajouté Donald Trump, alors que l’ex-gouverneur de Floride insiste pour le départ du président syrien. « C’est en l’écoutant, lui et d’autres, qu’on s’est retrouvés au Moyen Orient depuis 15 ans sans avoir rien gagné ».

Et c’est bien là le drame, qu’il ne se trouve plus des gens de gauche, des communistes pour avoir le goût des FAITS… Qui ne parte pas d’a priori que le MAL, sur des repoussoirs permettant à ceux qui les désignent comme tels de faire n’importe quoi puisqu’ils ne savent plus définir le progrès et le bien par rapport à eux mêmes, leurs projets politiques mais seulement par référence à des diables qu’ils fabriquent de toute pièce, quitte à perdre toute crédibilité aux yeux du bon peuple nettement plus rationnel, mais qui n’a pas le choix, s’abstenir ou les sanctionner.»

Danielle Bleitrach

histoireetsociete

Afficher l'image d'origine

J’ai incontestablement l’esprit de contradiction parfois je le pousse comme Brecht jusqu’à l’absurde mais ce n’est pas inutile …

Quand je reçois un article qui se prétend de mon avis et qu’en le survolant je trouve la perle suivante: « ils veulent nous mettre un uniforme gris comme en Corée du Nord »… je sais de toute éternité que je n’ai pas une minute à perdre avec l’auteur de l’article.

Ne croyez pas que je sois une fanatique de la Corée du nord, mais je commence à en avoir marre des stéréotypes que l’on me balance sur ce pays. J’ai découvert que la plupart des nouvelles qui tendaient à en faire le royaume du père Ubu avec à sa tête des dirigeants sanguinaires et grotesques s’avéraient fausses et généralement démenties peu de temps après. La maitresse exécutée ré-apparaissait à la télévision, et le pays n’avait pas piraté le système informatique de Sony……

View original post 519 mots de plus

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :